Peut mieux faire !

GESTION DU BUDGET DES COMMUNES

Alors qu’une bonne gestion doit obtenir suivant les critères de l’enquête au moins 13,5/20, Chazay n’obtient que 9,3/20.

À lire l’article paru dans « Le Patriote Beaujolais » donnant les résultats de l’enquête réalisée par les contribuables lyonnais de l’association CANOL, pour comparer la gestion des finances des communes du Rhône.

Chazay se retrouve en dernière position des 10 communes du beaujolais notées et en 18ème position parmi les 28 communes du Rhône ayant une population entre 3000 et 5000 habitants.

Ces résultats sont à analyser finement. On retiendra que les points faibles sont les mauvaises performances sur les postes dépenses et investissements avec des dépenses plus lourdes que la moyenne et un ratio de dettes trop important.

Ce bilan laisse à désirer et il sera difficile de l’améliorer rapidement car le poids de la dette due aux nombreux investissements est très lourd en rapport de l’excédent brut de fonctionnement.

Ci-dessous l’article paru dans Le Patriote, 30 janvier 2014
www.lepatriote.fr/2014/01/30/beaujolais-quelles-sont-les-communes-les-mieux-gerees/

le Patriote 30 janvier 2014

L’association de contribuables CANOL a passé au crible les finances des communes de plus de 3 000 habitants du Rhône. Parmi les mieux notées, Villefranche, Gleizé et Saint-Georges-de-Reneins.

C’est une première qui ne manquera sans doute pas d’alimenter les débats, surtout en période de campagne pour les élections municipales. CANOL, association de contribuables œuvrant sur l’ensemble du Rhône, va remettre ce jeudi les prix de la ‘meilleure gestion” à treize communes du départe-ment Dans le Beaujolais, Ville-franche, Gleizé, Saint-Georges-de-Reneins et Amplepuis figurent parmi les lauréats.

Le Patriote s’associe à cet événement, organisé dans le cadre du club de la presse de Lyon. Notre titre est l’un des trois partenaires médias avec la Tribune de Lyon et la radio Lyon 1ere, avec un objectif unique : la mise en avant d’un sujet majeur pour l’avenir des collectivités locales.

“Mettre en valeur ce qui marche bien”

Car si la question des finances devrait constituer un sujet phare de la campagne des municipales, la problématique dépasse largement les échéances du 23 et 30 mars. La “gestion de la pénurie” s’annonce plus que jamais comme un élément-clé du prochain mandat, dans un contexte de baisse des dotations et de raréfaction des subventions.

CANOL, souvent en première ligne pour dénoncer des hausses d’impôts jugées abusives, ou encore des projets trop coûteux pour le porte-monnaie du citoyen, a cette fois-ci choisi d’observer le bon côté des choses. “Certaines mauvaises langues reprochent souvent à CANOL de ne parler que de ce qui va mal ! Au-jourd’hui nous avons décidé de mettre en valeur ce qui marche bien !”, indiquent en choeur les responsables de l’association présidée par Michel Vergnaud. CANOL a mis au point un programme de notation des communes pour la période 2007-2012 en fonction de quinze critères. Ceux-ci sont basés sur le niveau de dépenses, la dette et la capacité d’investissement, ainsi que sur la fiscalité.

“Nous avons étudié toutes les communes du Rhône de plus de 3 000 habitants, avons jugé l’évolution des chiffres par habitant sur la période, en tenant compte d’une inflation de 7,7%, et comparons leur niveau avec la moyenne des communes de même strate, qui figurent sur le site du Ministère des finances.”

Une méthode solide

Les treize communes lauréates de ce concours sont celles qui ont obtenu une note supérieure à 13,5 sur 20. Ce sont les suivantes : Charly (13,6), Sainte-Foy-lès-Lyon (13.6), Pusignan (14), Villefranche-sur-Saône (14), Mornant (15), Gleizé (15,4), Villeurbanne (15,5), Saint-Georges-de-Reneins (15,5) Ternay (15,6), La Tour-de-Salvagny (15,8), Amplepuis (15,8), Condrieu (16,2), Saint-Bonnet-de-Mure (17,3)

La liste complète des communes avec les notes obtenues figure sur le site de CANOL, ainsi que le barème et la méthodologie employée. Quant au tableau ci-dessus, il permet de jauger la performance en matière de gestion des communes du Beaujolais de plus de 3 000 habitants, avec un rappel des ‘meilleurs’ (en vert) et des ‘moins bons’ (en rouge) du Rhône pour trois strates différentes de population. Notons que dans la catégorie des grandes villes, qui ne concerne pas directement le Beaujolais, c’est Villeurbanne qui a remporté la palme de la meilleure gestion.

Julien Verchère