jumelage1.jpgPourquoi comme à l’entrée de milliers de communes, n’avons-nous pas à Chazay d’Azergues de panneau « ville jumelée avec… » ?

Le jumelage dépend de la mairie, tout en étant en lien étroit avec l’association de jumelage voire les autres associations de la commune.

Cet échange bénéficie pourtant largement aux habitants des deux communes concernées. Au delà des dimensions amicales et festives plus connues et plus visibles de ce partenariat, des apports plus larges sont également constatés. Les coûts sont assez modérés et partagés entre la municipalité et l’association de jumelage. Toutefois, le retour sur ce partenariat peut s’avérer « très enrichissant ».

En tissant des liens étroits entre population de communes différentes, le jumelage permet de partager des problèmes, d’échanger des opinions et de découvrir différents points de vue sur une question d’intérêt commun. Par exemple, la ville d’Haarlem aux Pays Bas a soutenu la ville d’Angers dans la mise en place des pistes cyclables bien conçues.

C’est aussi un moyen de s’ouvrir en pratiquant des échanges scolaires à prix réduit, en réalisant des chantiers internationaux de la jeunesse, en soutenant la recherche d’emplois ou de stages…

En effet, des communes européennes pratiquent des échanges au niveau des stages en entreprise ou encore fournissent des « jobs d’été »… Mais encore des communes comme Valognes dans le Nord de la France, jumelée avec Wimborne dans le Sud de Angleterre, organisent des cours de langues pour étudiants et retraités… permettant un échange entre habitants des 2 communes.

Les séjours des élèves à l’étranger constituent l’un des moments forts du partenariat, comme ont pu le découvrir les enfants de Civrieux d’Azergues avec Corciano en Italie et Pentling en Allemagne. ll faudra utiliser les compétences de nos communes voisines pour mettre en place notre jumelage.

Ce jumelage implique de nombreux acteurs des deux communautés. Les écoles, les clubs sportifs, les associations…  ont un rôle actif dans ce partenariat. 

Son orientation dépendra de ce que les Chazéens voudront privilégier : la rencontre avec des européens, la pratique d’une langue, ou l’échange sur un sujet précis comme le sport, le vin.

À nous de trouver le bon jumeau !

Stéphanie de Rozario, 10/12/13