cabane_dans_les_arbres.jpgLe logement : un élément essentiel de notre qualité de vie.

Un logement confortable dans un cadre agréable où l’on se sent en sécurité, où on a plaisir à recevoir ses amis, à proximité des commerces  et des services : n’est-ce pas le « portait robot » du logement rêvé par tous ?

Aujourd’hui, hélas, nombreux sont ceux pour qui ce rêve est inaccessible ou qui  n’arrivent  à se loger convenablement qu’au prix de sacrifices importants sur les autres dépenses de la vie.

Par exemple, à Chazay d’Azergues, pour un jeune qui démarre avec un petit salaire il est pratiquement impossible de trouver une location, encore moins d’espérer pouvoir devenir propriétaire. Ainsi malgré leur attachement à la commune, jeunes et moins jeunes aux revenus modestes sont obligés de changer de village.

Dans un contexte de précarité accrue et d’inflation des prix en général, et de l’habitat en particulier,  il est de plus en plus important de pouvoir proposer un logement de qualité à ceux qui voudraient habiter Chazay mais qui ne peuvent pas soit parce qu’il n’y a pas d’offre adaptée soit parce que l’offre n’est pas abordable financièrement.

Favoriser l’accès à un logement de qualité et abordable pour tous à Chazay d’Azergues c’est possible !

Il faut :

  • Une offre de location à prix modérés plus importante
  • Une offre d’accession à la propriété abordable pour que chacun quelles que soient ses ressources au départ puisse  espérer devenir propriétaire de son logement.

Comment ?

  • En faisant bénéficier les Chazéens des  aides de l’État en faveur du logement au lieu de leur faire payer des amendes pour non respect de la loi SRU (*voir ZOOM) et pour cela travailler l’offre de location avec les bailleurs sociaux qui ont pour mission de construire et gérer des logements de qualité accessibles à tous ( environ 60 % de la population y aurait droit).
  • En imposant, lors des constructions d’immeuble par les promoteurs,  un pourcentage d’au moins 20 % de logements conventionnés ( prix du m² plafonné et ouverture aux allocations logement)
  • En construisant sur la commune des logements en accession à la propriété «abordables».

(*)Zoom sur la loi SRU : la loi SRU , qu’est ce que c’est ?

La loi no2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbains, couramment appelée loi SRU est un texte qui a modifié en profondeur le droit de l’urbanisme et du logement en France.
Son article le plus connu est l’article 55, qui impose aux villes de disposer d’au moins 20 % de logements sociaux.
La loi a été élaborée autour de trois exigences :

  • Solidarité 
  • Développement durable 
  • Renforcement de la démocratie et de la décentralisation.


La loi SRU a eu un impact dans cinq domaines :

  1. Le droit de l’urbanisme avec :

    Le remplacement des schémas directeurs (SD) par les schémas de cohérence territoriale (SCOT)
    Le remplacement des plans d’occupation des sols (POS) par les plans locaux d’urbanisme (PLU)
    La suppression des plans d’aménagement de zone (PAZ)
    Dans le cadre d’une démarche de développement durable, l’incitation à réduire la consommation des espaces non urbanisés et la périurbanisation.

  2. La mixité sociale avec obligation d’un pourcentage de 20 % de logements sociaux dans les communes de plus de 3 500 habitants (1 500 en Île-de-France) comprises dans une agglomération de plus de 50 000 habitants, dont une commune au moins de plus de 15 000 habitants.

    Cette partie de la loi SRU, prévoit toutefois que les communes concernées par l’obligation de réaliser des logements sociaux peuvent s’y soustraire par le paiement d’une taxe annuelle.

    Chazay paye cette taxe depuis 2003 : voir l’article sur le montant des amendes liées à la loi SRU

    Attention ! Cette amende pourrait être multipliée par cinq !

    Ce sera le cas si la loi présentée récemment par Cécile Duflot en Conseil des ministres est adoptée.

  3. Les transports  avec une philosophie tendant à réduire l’« invasion » de l’automobile dans les zones convenablement desservies par les transports en commun

  4. Les bailleurs sociaux (HLM, OPAC,…) dont les missions sont redéfinies et étendues.

  5. Le droit civil avec des dispositions pour :
    La Copropriété,
    La vente immobilière
    Les baux d’habitation, remise d’un logement décent par le propriétaire…

Martine Aulas, 10/12/13