rythmes_scolaires.jpgComment la réforme des rythmes scolaires va-t-elle s’appliquer à Chazay ? Quels horaires, pour qui, quelles activités, quel coût pour les familles, la commune ? Autant de questions étudiées par la commission municipale des rythmes scolaires.

Mise en place de la réforme à Chazay

1. Pourquoi ?

Depuis la mise en place de la semaine de seulement 4 jours en 2008, les écoliers français avaient le nombre de jours d’école le plus faible des 34 pays de l’OCDE : 144 jours sur 365, contre 187 jours en moyenne. Les journées étaient plus longues et plus chargées que dans d’autres pays.

La semaine de 4 jours et demi permet de mieux répartir les heures de classe sur la semaine, d’alléger la journée de classe de 45 minutes en moyenne et d’enseigner les savoirs fondamentaux aux heures où les élèves sont les plus concentrés.

Grâce à cette réforme, le nombre de jours d’école passera à 180 par an, ce qui fera 36 matinées de plus pour apprendre.

2. Comment ?

Chaque commune doit s’organiser pour mettre en place cette réforme au plus tard en septembre 2014.

A Chazay, après concertation avec les délégations de parents d’élèves (FCPE et PEEP) et les enseignants, il a été choisi l’aménagement des horaires suivants :

lundi8h30 - 11h30 et 13h30 - 16h30
mardi8h30 - 11h30 et 13h30 - 15h
mercredi9h - 12h
jeudi8h30 - 11h30 et 13h30 - 16h30
vendredi8h30 - 11h30 et 13h30 - 15h

Selon le décret relatif à l’organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires du 24 janvier 2013, la journée de classe doit durer maximum 5 heures 30. Une dérogation a donc été demandée par la mairie de Chazay pour les horaires du lundi et du jeudi (journées de classe de 6 heures).

Il n’y a pour l’instant aucune réponse à cette demande.

3. Avec qui ?

Les règles générales régissant l’encadrement des enfants ne changent pas : ils sont sous la responsabilité des enseignants pendant le temps scolaire et sous la responsabilité des personnels recrutés par les communes pendant le temps périscolaire.

Les activités périscolaires peuvent faire appel à une large diversité d’intervenants : agents spécialisés des écoles maternelles, animateurs, éducateurs territoriaux d’activités physiques et sportives ou personnels de droit privé.

Les mairies ont également la possibilité d’établir des conventions de partenariat avec des associations ou des clubs sportifs, ou encore de faire appel à des enseignants volontaires dans le cadre de l’aide aux devoirs.

4. Selon quelles modalités (diplômes et paiement) ?

Les personnes qui interviennent dans le cadre d’un accueil de loisirs sont recrutées selon certaines règles. Au moins 50% des personnels d’encadrement requis sont titulaires d’un BAFA ou d’un titre équivalent.

Pour aider les communes à organiser les activités périscolaires de loisirs :

- chaque commune reçoit 50 euros par an et par enfant scolarisé

- la CAF s’engage aussi en créant une nouvelle aide pérenne de 54 euros par an et par enfant

5. Enjeux pour la nouvelle municipalité de Chazay de 2014

Prendre position sur les questions suivantes :

a. Actuellement l’école finit à 16h30 et une garderie/étude est proposée aux parents de 16h30 à 18h30. Les activités périscolaires dureront-t-elles jusqu’à 16h30 ou 18h30 ?

b. Faut-il proposer aux parents une gratuité des activités périscolaires et donc prendre en charge sur le budget communal l’intégralité des coûts de ces activités ? La garderie/étude restera-t-elle payante ?

c. Si les activités périscolaires durent jusqu’à 18h30, faut-il inciter les parents à inscrire leurs enfants aux activités proposées ?

6. Dernières infos : pourquoi les enseignants ont-ils fait grève le 14/11 ?

Les syndicats CGT, FO, Sud et Faen (Fédération autonome de l’Education nationale), réclament «le retrait du décret» instaurant la semaine de 4,5 jours dans le primaire et de «nouvelles discussions pour une vraie réforme ». Ils ne veulent pas qu’il y ait de généralisation de la réforme à la rentrée 2014. Selon eux, là où elle est appliquée, la réforme montre que ça ne se passe pas bien pour les élèves et le personnel.

A la rentrée 2013, la réforme s’est appliquée à environ 22% des écoliers du public.

Julie Abry-Veldeman 25/11/13